fbpx

Chronique d’une femme libérée : Etre libres ensemble

© behance

Etre libres ensemble

Etre libres ensemble serait la réponse que je donnerai à la question « tu attends quoi d’une relation ? ». Dit comme cela, beaucoup de portes s’ouvrent (sur le monde magique des esprits mal tournés), je vais donc clarifier !

Premièrement, il ne s’agit pas de libertinage ! Il n’y a rien de romantique à partager Monsieur avec les Vampirellas pro en injections dans les lèvres à répétition, faux cils, faux seins et maigre grâce à des pratiques douteuses (des fois elles ont même des pets : des sortes de petits chiens, bruyants qui ressemblent à des peluches)! Bien au contraire, les hommes qui s’approchent de celles qui, dans mes valeurs de femme (étant dans la fleur de l’âge), dépassent le non-respect de soi et sont de très dangereux exemples pour les nouvelles générations, sont directement classé dans la catégorie : vides, inintéressants, superficiels et naïfs. C’est rédhibitoire, je sais, mais la demi-mesure sur ce sujet ne me correspond pas (des fois il faut trancher, comme dans le rôti). Autant je suis mesurée dans les causes que je défends, autant les personnes qui faussent leur image et entrainent les autres je ne les tolère pas. Quant aux hommes qui cautionnent, ils perdent toute existence à mes yeux. C’est le syndrome
« choix primaire, mauvaise affaire » (dès à présent vous pouvez m’appeler Baudelaire).

Revenons donc au sujet ! Etre libres ensemble ne consiste pas à aller voir ailleurs, mais bien à conserver une forme de liberté tout en cultivant la fidélité et la confiance. J’ai déjà abordé mon indépendance et mon célibat, je vais tenter de ne pas trop me répéter (si je le fais voici mon excuse : je suis blonde ! Je cultive ce côté de moi depuis toujours et il m’a souvent aidée à faire passer crème chantilly mon petit côté Dory).

Je ne sais pas si c’est dû à l’âge, au caractère ou au fait que je suis exceptionnelle (je suis à la limite de mettre un tapis rouge dans mon entrée et d’engager des personnes qui m’applaudissent quand j’arrive), mais quoi qu’il en soit, je ne comprends pas qu’on puisse être 24h/24 collés à sa moitié ! Je m’explique : je suis persuadée que les couples qui tiennent sur le long terme sont ceux qui ont appris à se manquer ! Je ne suis pas dans une extrême non plus, mais je pense que garder très régulièrement ses soirées avec les copines, de se faire des petits week-ends sans lui et de l’encourager à faire pareil est vital ! Non seulement à chaque petite coupure il y a la joie de se retrouver, mais en plus on a des choses à se raconter ! Parce que c’est bien joli le quotidien, mais lorsque les échanges se résument à « on mange quoi ce soir », on peut dire que l’étincelle s’est clairement noyée !
Et puis, nous, Etres Humains, sommes parfois pas très malins (même si je suis exceptionnelle, ça m’arrive aussi de tomber dans le piège du temps) : nous avons besoin, sans cesse, de rappels sur le fait qu’on aime l’autre, que la vie passe à une vitesse incalculable et qu’à l’EMS c’est difficile de vivre ces moments passionnés et intenses qu’on peut partager dans l’intimité.

Pour toutes ces raisons je milite pour la liberté du couple ! (je devais choisir une cause, comme les autres partent dans tous les sens et que même entre défenseurs il n’y a plus de cohérence, je me suis
dit que celle-ci était la bonne ! Je vous tiens au courant des dates de manifestations, promis ce ne sera pas à vélo et vous pourrez rester habillés/es)
Je prône le fait que se manquer est vital, c’est bien ce concept-là qui réanime la flamme ! Il m’arrive même de me dire : chacun chez soi le plus longtemps possible, on se voit lorsque les deux en ont envie et pas de soupirs avant de rentrer en se demandant si la cuvette des WC est bien rabaissée ! Je suis certaine que cela évite une partie de ces disputes absurdes très souvent en lien avec le quotidien ! (tu sais les reproches du type : « t’as mis le chocolat à l’étage des chips, te rends-tu compte qu’on ne mélange pas le sucré et le salé ? » Ou encore : « la lumière allumée c’est pour qui ? T’as cru qu’on vivait à Versailles ? »)

Finalement, entre nous, ces week-ends avec les copines, rythmés de magasins, cocktails et SPA, qui n’en a pas besoin ? C’est ça la vie t’es pas d’accord ? Et si Monsieur était là on sait toute quelle chanson on entendrait : mais tu as déjà 12 paires de chaussures ! Pourquoi tu veux ce pull en noir, tu l’as déjà en bleu ! Arrête de boire, tu ris trop fort après ! (quelqu’un sait comment on postule pour être parolière ? Je tiens un truc là, le son de l’été 2022 !)

Donc en résumé : être libre ensemble c’est renforcer le lien, éviter les disputes sur le dentifrice pas bouchonné, avoir des discussions qui dépassent « bonjour et bonne nuit » et vivre des soirées Spritz et des journées soldes avec nos meilleures conseillères sans la voix du remixe entre Gargamel et Caliméro en fond ! Et les enfants ? Ils adorent être chez mamie pour les mégas petits déj’ le dimanche matin, non ?
Je vous offre donc une recette 200% gagnante ! C’est cadeau (je ferai un ebook quand j’aurai un site mais tu peux déjà me contacter si t’as un projet « soirée filles » bientôt)

Librement vôtre ! Karine

Karine Leresche
Instagram : @une_armee_de_resilients

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Must Read

Chronique d’une femme libérée – Accepte-toi comme t’es !

Depuis cette multiplication des défenderesses du naturisme, je me sens coupable tout le temps !

Sélection livre : Ce qu’on n’apprend pas à l’école – Victoria Guillomon

D’une maturité et d’un optimisme incroyables

Chronique d’une femme libérée – Qui défend les hommes ?

il existe encore des hommes qui ont de l’éducation...

Talents Factory, le phénomène

les prochains workshop à ne pas loupé sont annoncés!

Sélection livre : L’embuscade – Emilie Guillaumin

un deuxième roman à la fois éprouvant et intense